Test de Aladdin sur Super NES

Dossiers, tests et autres créations des membres de hedg.fr

Modérateur : L'équipe

Avatar de l’utilisateur
Roots
Messages : 545
Inscription : 13 avr. 2015, 01:56
Sexe : ♂ Masculin
Localisation : Courpalay

Test de Aladdin sur Super NES

Message par Roots »

Image

Un excellent jeu de plateforme et un des plus plaisants auxquels j'ai pu jouer sur le support. Capcom a fait étale de tout son savoir-faire sur ce titre, en le dotant d'une jouabilité sans faille, d'une direction artistique soignée et d'un level design garanti sans frustration. Parcourir les différents niveaux est un véritable plaisir. Aladdin saute, lance des pommes, accélère sans délai, change de direction de manière intuitive et s'accroche aux rebords avec une précision rarement égalée dans un jeu de ce genre. Seule micro-ombre éventuellement décelable au tableau du gameplay : un léger dérapage en fin de course si vous stoppez net la progression du personnage. Rien qui ne nous fasse croire un instant que le contrôle d'Aladdin puisse nous échapper.

Pour ce qui est de l'ambiance, le premier niveau dans Agrabah donne le ton. Outre les gardes qui vous chercheront des noises, la ville est parsemée d'étales de marchands et quelques habitants sortiront la tête de leurs fenêtres (vous permettant au passage de leur sauter sur le museau pour atteindre des plateformes), le tout bariolé de couleurs vives, comme la Super NES sait le faire. Bien que n'ayant pas un rendu graphique aussi proche du dessin animé que la version Megadrive, une certaine chaleur se dégage du titre, et particulièrement dans ce premier niveau qui donne l'illusion de grouiller de vie. Par ailleurs, le soft demeure fidèle à la trame scénaristique du long-métrage Disney (à l'exception du stage de la pyramide qui sera le seul écart majeur avec le matériau d'origine).
La bande-son, quant à elle, bien que constituée de peu de musiques du film, est de très bonne qualité (le thème de la caverne est même devenu culte pour certains). Elle conservera tout de même "Friend Like Me" et "A Whole New World". La première nous accompagnera lors des niveaux de la lampe, et la seconde pendant la phase en tapis volant avec Jasmine.

Le réel point faible de cette mouture Super NES est sa trop grande facilité. En effet, le game design ne vous opposera que très peu de difficultés (on se verra même offrir un drap afin de planer et pouvoir rusher les niveaux) et les amateurs de challenges resteront sur leur faim une fois Jafar terrassé. Cette facilité mise en lumière, le jeu reste, de par sa maniabilité aux petits oignions, son ambiance prenante et son level design basique mais efficace, un bonheur à faire et refaire.

Vient maintenant le temps de l'inévitable et sempiternel comparatif avec la version Megadrive, chapeautée par Virgin Games. Personnellement, je préfère la version de Capcom. Pour une myriade de détails qui ne sont signifiants que si l'on y est sensible, mais aussi et surtout pour deux points essentiels. Points qui ont davantage l'allure de crochets violemment portés au menton que d'arguments timidement avancés du bout de la plume. Le gameplay et le level design.

Chez Capcom, quand on se fait toucher, Aladdin effectue un mouvement de recul et on ne se pose jamais de question quant au dégât que l'on vient de prendre. Tout est clair. Chez Virgin, la lisibilité n'est pas optimale et les duels au sabre contre les gardes peuvent s'avérer frustrants tant les hitbox sont hasardeuses. On finit simplement par faire des petits moulinets à mi-distance en espérant remporter son duel, quand bien-même on a plus l'impression de taper dans le vide qu'autre chose. De plus, Capcom a tellement bien géré son affaire que, en plus de pouvoir sauter sur les ennemis ou leur lancer des pommes, on a également la possibilité de se suspendre à un rondin pour effectuer un mouvement de balancier afin d'envoyer valdinguer ces sbires (occasionnant un bruitage que je trouve jouissif). Une subtilité absente de la version de David Perry, dont les phases de plateforme peuvent aussi être une source de frustrations.
Là où sur Super NES il ne tient qu'à vous d'atterrir sans encombre sur une plateforme et où le jeu ne trahira pas votre acuité visuelle, sur Megadrive vous passerez souvent au travers en hurlant "Pourquoi ?!" . Dans le niveau de la prison, vous aurez beau atterrir au milieu d'une des dalles rétractables, si le jeu estime que votre timing n'est pas le bon, vous passerez à l'as. Dans le niveau de la fuite de la caverne, vous aurez la désagréable surprise de constater que certaines plateformes ne sont pas entièrement matérialisées. Si vous n'atterrissez pas sur les pixels que les développeurs ont décrété être les bons, vous aurez beau être visuellement dessus, vous chuterez. Dur...

Concernant le level design, les niveaux de la version SNES se déroulent de manière très (trop?) classique. On peut regretter leur manque de fantaisie mais ils se parcourent sans déplaisir et ne s'encombrent d'aucune fioriture. Sur MD, en revanche, plusieurs stages exigeront qu'on les explore afin de récolter ou détruire des objets indispensables pour avancer. Ils proposeront des embranchements à droite, à gauche, en haut, en bas... ce qui pourrait être vu comme un point fort, une alternative à la progression classique du scrolling gauche/droite, mais le tout semble assez fastidieux et les hitbox capricieuses ainsi que les plateformes douteuses achèveront de vous convaincre que ça ne tire pas le jeu vers le haut.

A ce titre, il est intéressant de comparer les niveaux de la lampe. Là où la version Super NES opte pour une approche de platformer pur, une lisibilité sans faille et un découpage en trois sous-niveaux bourrés d'idées visuelles rendant parfaitement hommage à la fantaisie du génie, la version Megadrive choisit de perdre le joueur en lui demandant d'emprunter un chemin fait de gélatine bleutée qu'il n'a pas le réflexe d'assimiler à un parcours praticable. Sans compter qu'évoluer dans ce fluide est un peu pénible car on s'y enfonce comme dans des sables mouvants. Pour parachever le tout, des mains faisant office de plateformes exigeront que vous sautiez à plusieurs reprises sur elles pour faire apparaître les autres mains vous donnant accès à la suite du niveau. Voilà le genre de fausses bonnes idées que s'autorise parfois la version MD. Cette dernière proposant beaucoup plus de challenge que son homologue sur SNES, il faut néanmoins préciser que ce challenge est davantage dû à un gameplay un poil approximatif et à un game design pas toujours efficace plutôt qu'à un bon calibrage de la difficulté.
Rien que les roulettes bonus de fin de niveau traduisent les philosophies distinctes de ces jeux. Là où chez Capcom vous êtes limite obligé de tomber sur une case qui vous avantage, la roulette made in Virgin vous fera souvent voir la tronche de Jafar, quand bien-même vous avez l'impression d'avoir fait en sorte de l'éviter. Toujours au rayon des plaisirs sur MD, les quelques interactions avec le tapis volant consisteront souvent à vous envoyer à toute vitesse sur les ennemis, vous forçant à apprendre les séquences par cœur pour éviter les morts idiotes. Sur SNES, les rares phases en tapis sont très maniables et dénuées de toutes fourberies.

Autre exemple parlant : le boss final. Jafar, sous sa première forme, propose un pattern tout ce qu'il y a de plus compréhensible et lisible sur SNES. Il passera l'essentiel de son temps en l'air, vous envoyant des éclairs ainsi que sa canne et fera quelques piqués qu'il faudra exploiter pour lui sauter dessus. Sur MD, il nous attire au loin avec sa canne, occasionnant une inertie un brin déconcertante et il faudra soit jouer d'agilité pour lui envoyer des pommes sans se faire toucher, soit se débrouiller pour arriver full life devant lui et le bourriner sans se soucier des dégâts que l'on pourra prendre. Ce boss n'a rien d'infaisable, dans l'absolu, mais il faut avoir le pad en mains pour saisir l'aspect foutraque de la chose. De plus, si vous n'avez pas amassé assez de pommes avant d'arriver à lui, l'entreprise sera d'autant plus fastidieuse. Certes, le jeu fera popper quelques pommes si vous tombez en rade pendant le duel, mais elles apparaîtront quatre par quatre et il faudra jouer avec le scrolling pour qu'elles se manifestent sinon vous pourrez les attendre longtemps.
La seconde forme n'arrangera pas les choses. Une fois transformé en cobra, Jafar vous enverra des vagues de flames qu'il faudra esquiver tout en évitant d'atterrir sur les plateformes, qui seront elles aussi enflammées. Pour peu que vous ayez des pommes à récupérer, elles se trouveront toujours au-dessus de ces plateformes. L'ennui c'est que l'on peut très facilement atterrir sur ces plateformes sans le vouloir car elles sont assez près du boss et le fait que vous soyez en train de sauter en contre-bas fait que vous avez de grandes chances de les emprunter par mégarde. Combinez ça à la hitbox particulière du jeu et vous comprendrez l'aspect brouillon que je veux mettre en exergue. Personnellement, j'ai tout bonnement fini par lui envoyer mes pommes une à une à distance, esquivant chaque flame, à tel point que je ne voyais même pas son sprite, devinant sa position et me fiant au bruitage qu'il émet quand on le touche. C'est le boss final et je l'ai battu hors-champ... Il faut dire que son sprite est tout petit et ne rend pas vraiment justice à la créature gigantesque du film.

Sur Super NES, l'affrontement est bien plus épique. La mise en scène est plus poussée et le cobra est vraiment géant. Il essaiera de vous plonger dans les flames en faisant onduler son corps qui vous sert de plateforme, vous lancera des boules sur lesquelles vous pourrez rebondir pour l'atteindre et vous chargera pour vous mordre (laissant ainsi sa tête vulnérable). Le combat est bien plus facile que sur Megadrive mais ô combien plus plaisant et impactant.
Je conclurai en précisant que je préfère également la mise en scène de la version Super NES. Les cut-scenes nous mettent beaucoup plus dans l'ambiance que les vignettes sur Megadrive. Sans parler de la séquence de fin, que l'on pourrait presque considérer comme inexistante sur la machine de Sega.

En définitive, certains trouveront la version SNES chiante comme la pluie et préfèreront la dimension moins linéaire et plus corsée de la version MD, quitte à s'asseoir sur un gameplay irréprochable. D'autres trouveront la version MD trop frustrante et brouillonne en dépit de son habillage graphique exceptionnel. Ceux-là embrasseront la vision de Capcom. Vous aurez aisément compris de quel côté je me trouve.

Note : 18/20
Avatar de l’utilisateur
Tom
Messages : 798
Inscription : 19 déc. 2011, 19:38
Sexe : ♂ Masculin
Localisation : Béthune (Pas-de-Calais)

Re: Test de Aladdin sur Super NES

Message par Tom »

Un très très bon test, bravo et félicitations à toi.
J'ai pris plaisir à le lire et ainsi me replonger dans l'univers bon enfant et enchanteur qu'est cet Aladdin.
Bah c'est un jeu qui a été un peu dénigré à tort, en son temps, du fait surtout de sa comparaison avec la version Megadrive.
Mais depuis quelques années, j'ai l'impression que la roue tourne.., et il prend sa revanche.
Et, ça c'est bien je pense.
Bon après, moi franchement, je ne connais pas assez bien la version Megadrive.
Je vais donc éviter de faire une quelconque  comparaison entre les 2 versions.
Sinon, pour en revenir à cette version Super Nes, que dire.., je dirai que c'est évidemment un bon jeu de plateforme tout simplement avec deux défauts..
Deux défauts assez conséquents quand même qui l'empêche d'être un gros hit de la console: sa facilité et sa durée de vie..
Après, c'est toujours délicat de donner une note à un jeu, car c'est souvent très personnel..
Si je peux me permettre de te donner le mien : un bon titre, ça c'est certain, à faire et refaire.., mais, dans le genre plateforme, je trouve qu'il y a beaucoup mieux sur le support..
Ta note, pour moi est beaucoup trop élevée..
Dans le même style de jeu, je préfère largement Le Roi Lion par exemple..
Je mettrai donc une note de 14 ou 15 à cet Aladdin et un 17 pour le Roi Lion.
Ce n'est que mon avis purement subjectif.
Mais en tout, un très bon test.
Merci à toi  ;).
" Chaque fois que nous serons plus humains, nous rendrons la société meilleure "
Avatar de l’utilisateur
Hedge
Messages : 9403
Inscription : 20 juin 2011, 02:25
Sexe : ♂ Masculin
Localisation : Paris
Contact :

Re: Test de Aladdin sur Super NES

Message par Hedge »

Pour ma part je te rejoins TELLEMENT sur de nombreux points.
A l'époque il était pour moi évident que la version Megadrive éclatait la version Super Nintendo.

Mais cela c'était sans compter le temps qui passe et où on se rend compte de ce qu'était cette sublime version de Capcom Sur Snes.

Jouabilité, ambiance, graphisme.... Franchement on frise l'oeuvre d'art pour moi.
Je garde encore un léger faible pour la version MD et sa proposition, mais l'écart est de plus en plus serré.

J'ai remarqué par ailleurs que les avis allaient de plus en plus envers la version Snes avec le temps.

Pour moi c'est un chef d'oeuvre, trop facile certes, mais un chef d'oeuvre quand même.

Merci encore pour ce test ou je me suis délecté à lire !  :geek:

PS : Ca aurait été cool des petites images entre les textes !
Avatar de l’utilisateur
Manuwaza
Messages : 1015
Inscription : 07 janv. 2012, 23:20
Sexe : ♂ Masculin
Contact :

Re: Test de Aladdin sur Super NES

Message par Manuwaza »

Je renouvelle mes félicitations pour cet excellent article. Concernant la note, c'est toujours difficile d'être cohérent, surtout quand on multiplie les articles... Après des années à m'être contraint à en mettre, j'ai fini par arrêter^^
Avatar de l’utilisateur
Roots
Messages : 545
Inscription : 13 avr. 2015, 01:56
Sexe : ♂ Masculin
Localisation : Courpalay

Re: Test de Aladdin sur Super NES

Message par Roots »

Merci beaucoup pour vos retours, les copains. Ca fait bien plaisir.

Concernant la note, j'entends complètement que l'on puisse la trouver trop élevée. J'ai vraiment laissé parler l'affect. J'ai pour habitude d'avoir des avis assez tranchés et, étant donné que je rédige ces critiques en simple joueur, je n'hésite pas à laisser parler ma subjectivité. Ca serait différent si je le faisais au sein d'un magazine/webzine où la finalité reste d'aiguiller le joueur et de mettre l'oeuvre en perspective par rapport à ce qui se fait à côté.

@Tom: Tu mentionnes "Le Roi Lion", je ne sais pas si je le mettrai au-dessus de cet "Aladdin" (ça fait un bon moment que je n'y ai pas rejoué) mais je le passerai à la casserole sous peu. Après, je te rejoins complètement sur le fait qu'il y ait mieux en la matière sur le support. Ne serait-ce que la trilogie "Donkey Kong Country" l'enterre sans forcer et je lui préfère également "Cool Spot", par exemple (sur lequel Virgin a fait un super taff, pour le coup).

@Hedge: C'est vrai que ton avis semble avoir bien changé depuis ta review de l'époque. Je me la suis d'ailleurs refaite après avoir rejoué aux deux versions très récemment.
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité